Des fruits equitables du Mozambique à Berne

Mozambique (jl)

Relier des mondes avec des fruits qui ne se touchent sinon à peine: le projet «we are Nyanja» construit ce pont en exportant des mangues séchées du nord du Mozambique vers la Suisse. Derrière cela se cache Jonathan Litscher de Berne, qui a fondé la société «Global Farmers Market».

Elle est considérée comme la reine des fruits, a un goût délicieux et est riche en vitamines. On dit que les mangues ont un effet apaisant et anti-inflammatoire, qu'elles favorisent la digestion et préviennent les rhumes. Bien que les mangues séchées contiennent beaucoup de fructose, elles contiennent également de nombreux nutriments favorisant la santé sous forme concentrée. Avec les mangues de «Global Farmers Market » on sait exactement d'où elles viennent: du nord du Mozambique, un pays d'Afrique du Sud-Est et l'un des plus pauvres du monde.

Des masses de mangues pourries

Aussi beaux que soient les paysages de la région reculée du lac Malawi, aussi simples sont les conditions de vie. Les gens sont autonomes et vivent principalement de maïs et de patates douces ainsi que de fruits et d'un peu de poisson. La nature y est particulièrement luxuriante, d'innombrables manguiers et bananiers bordent la région. Néanmoins, les petits agriculteurs n'ont rien obtenu de leur récolte pendant longtemps parce qu'ils ne pouvaient pas la vendre. Les petits villages sont trop éloignés, le marché local trop petit. Quand Jonathan Litscher a vu les innombrables mangues pourrir sur place en 2013, il s'est dit: «il doit être possible d'utiliser ce potentiel et d'aider les agriculteurs locaux à générer des revenus».

Aujourd'hui, quatre ans plus tard, jusqu'à trois tonnes de mangues sont transformées quotidiennement pendant la saison des récoltes dans le nord du Mozambique. Pour conserver les fruits, ils sont séchés localement puis exportés vers l'Europe par bateau en trois mois environ. Les fruits séchés sont actuellement vendus dans des magasins bio en Suisse et peuvent également être commandés dans la boutique en ligne sur www.globalfarmersmarket.ch. La demande et le nombre de points de vente ne cessent de croître. Et aussi l'assortiment: depuis l'année dernière, il y a aussi des bananes séchées. Cette année, l'entreprise a même certifié bio les 250 petits agriculteurs qui la fournissent.

Une pierre commence à rouler

Le lien avec le pays a été créé il y a près de dix ans, lorsque Jonathan Litscher s’est rendu pour la première fois dans la région, sur la rive est du lac Malawi. Le voyage d'il y a trois ans était différent du précédent: il n'est pas venu en tant qu'invité, mais en tant qu'entrepreneur. «J'ai toujours été intéressé par les projets d'ordre social», explique le jeune homme de 32 ans, qui explique pourquoi il a quitté son emploi de banquier à Londres et s'est envolé pour l'Afrique avec l'intention d'y construire «quelque chose de durable».

Avec une équipe d'ouvriers locaux, il a construit une usine de séchage composée de briques cuites et de bois local. Après les premiers succès, le projet s'est développé pas à pas. Grâce aux revenus et aux dons du milieu privé de Jonathan Litscher, une usine professionnelle a été construite dans le petit village de Nkholongue, où 60 employés transforment maintenant les mangues et les bananes. Même aujourd'hui, les gens ne sont pas riches, mais la différence reste frappante. Soudain, de l'argent circule dans une région où la valeur ajoutée était auparavant presque nulle. «Avec ce revenu, ils peuvent maintenant se payer l'autobus interurbain, par exemple, pour se rendre dans la ville la plus proche. Ou s’acheter quelques vêtements plus chauds pour les froides nuits d'hiver. Ou enfin réparer leur hutte pour qu'il ne pleuve plus dedans. Cependant l’impact va beaucoup plus loin: comme l'argent est maintenant disponible, les villageois peuvent désormais faire davantage de commerce entre eux.

Les visages visibles derrière le product

Pour Jonathan Litscher, il est important que le projet ne génère pas seulement des salaires équitables et qu'il soit autosuffisant à l'avenir, mais qu'il soit également ancré dans le long terme. De plus, «Global Farmers Market» est synonyme d'un commerce alimentaire qui met les gents en contact: «Un matin, lorsque nous achetions des mangues, j'ai discuté avec les gens qui nous apportaient leurs fruits dans des pots et des sacs. J'ai réalisé à quel point cette relation personnelle est spéciale», dit Jonathan Litscher, qui s'adresse à la population locale en portugais. Ces dernières années, il a lui-même appris la langue par auto-apprentissage. «Les mangues établissent un lien entre les habitants d'un village africain et d'une ville européenne, qui peuvent à peine imaginer le monde de l'autre». C'est ainsi qu'est née l'idée de fournir à chaque colis une photo et une anecdote de la vie d'un producteur de mangues.

L'échange ne doit pas être unilatéral. Sur le site Internet «We are Nyanja», les consommateurs peuvent télécharger une photo avec un aperçu de leur vie. Jonathan Litscher imprime ces documents et les remet ensuite personnellement. «Ajouter un composant humain dans notre société dominée par la consommation est mon leitmotiv», souligne Litscher, qui se déplace plusieurs fois par an entre son appartement à Berne et le continent noir. L'entrepreneur, qui possède deux diplômes en philosophie et en économie d’entreprise, souligne que son environnement l'a soutenu dès le début. Mais il y en a aussi beaucoup qui ont décrit son projet comme «fou» au début. Entre-temps, la rétroaction va dans une toute autre direction. «Savoir exactement d'où vient un produit et ce qui se passe avec les revenus est un grand besoin pour beaucoup ici», dit-il.

Texte: B. Zanni, interview de 2015, publié le 14 février 2016 dans le journal «20 Minuten»