La REGA de l'Okavango

Maun (cz)

Les célèbres hélicoptères rouges atterrissent maintenant aussi en Afrique: un couple suisse exporte le modèle Rega au Botswana.

Il est 14h20 quand un appel d'urgence est activé. Dans la ville de Maun, au nord du Botswana, Misha Kruck tient un téléphone portable jaune à son oreille – prêt à raccrocher immédiatement. Dernièrement, il y a eu des canulars téléphoniques, toujours de fausses alarmes. Mais cette fois, c'est sérieux.

L'appel vient d'un camp de safari au milieu du delta de l'Okavango. Une jeep a été attaquée par un éléphant, une femme est blessée sur les lieux de l'accident. Misha Kruck déclenche l’alarme, informe son pilote et se dirige vers l'aéroport le plus proche. Depuis son arrivée au Botswana, une grande partie de sa vie quotidienne a été consacrée au travail de bureau, à la délégation et à l'administration. Mais maintenant, tout est redevenu comme quand elle était à la Rega. Maintenant, chaque minute compte.

A 14h50, l'hélicoptère rouge de l'Okavango Air Rescue est dans les airs, 45 minutes plus tard il atterrit sur les lieux de l'accident, au milieu du delta, de buissons, d'herbe: une jeep détruite. Une femelle éléphant a percuté la voiture avec toute sa force, l'a roulée devant elle et l'a laissée couchée sur le toit. La femme a été projetée à l'intérieur de la voiture, comme dans une machine à laver surdimensionnée. Les conséquences: bleus, enflures qui l’aveuglent, fracture faciale. En peu de temps, Misha Kruck et son pilote embarquent la patiente dans l'hélicoptère, l'emmènent à Maun et la transfèrent par avion à la capitale de Gaborone. Ce qui aurait jadis pris beaucoup trop de temps se fait maintenant en quelques heures. Déjà le soir, la patiente est couchée dans l'hôpital le mieux équipé du pays – secourue par l'Okavango Air Rescue, la Rega du Sud.

 

La cousine de la brousse de la Rega

En Suisse, le travail des services de sauvetage aérien est depuis longtemps considéré comme allant de soi. Deux millions et demi de donateurs comptent sur les médecins volants, et la Rega est une institution. Mais cela n'a pas toujours été ainsi jusqu'en 1946, les personnes en détresse devaient être secourues en montagne par voie terrestre – puis des pilotes audacieux et des pionniers visionnaires ont pris les rênes. Ils se posèrent sur les glaciers avec des avions, effectuèrent leurs premières missions de sauvetage par hélicoptère et fondèrent le Service suisse de sauvetage aérien en 1952. Une histoire impressionnante. Une histoire qui se répète actuellement en Afrique australe.

Depuis trois ans, l'hélicoptère rouge de l'Okavango Air Rescue vole dans le ciel du Botswana. En trois ans, l'entrepreneur suisse Christian Gross et la médecin allemande Misha Kruck ont créé une filiale de la Rega qui est remarquable. Ou plutôt: une cousine de la Rega. « Il n'y a aucun lien contractuel avec l'original suisse », dit Kruck. « Mais la Rega est notre modèle à cent pour cent ». Ils ont adopté le modèle suisse, ont reçu un ancien équipement des services de sauvetage aérien, bénéficient des connaissances d'un ancien médecin de la Rega – et poursuivent le même objectif. « Ou presque », dit Misha Kruck. « Nous secourons les gens de la brousse plutôt que de la montagne. La médecin allemande est assise derrière son bureau dans les bureaux spacieux d'Okavango Air Rescue, à quelques centaines de mètres de l'aéroport de Maun. La ville, avec ses 50’000 habitants, est considérée comme un centre touristique et un point de départ pour des safaris dans le delta de l'Okavango tout proche. Le site du patrimoine mondial de l’UNESCO, l'une des zones humides les plus riches en faune d'Afrique, attire plus de cent mille visiteurs chaque année – des revenus pour le pays, des clients pour le sauvetage aérien.

Misha Kruck effectue quatre ou cinq missions par mois – à cause d'accidents vasculaires cérébraux, de crises cardiaques, d'accidents de la circulation, voire même: des attaques d'animaux. Elle raconte calmement et précisément l'attaque de l'éléphant en juillet, elle est habituée aux situations extrêmes. Kruck a volé pour la première fois avec la Rega en Suisse en 1995, alors qu'elle était encore anesthésiste à l'hôpital universitaire de Bâle. Elle a ensuite travaillé à Genève et s'est portée volontaire pour la Rega le week-end. Plus récemment, elle a travaillé à l'hôpital Thusis, où elle a mis en place un service de secours sur le terrain en tant que médecin chef pour l'anesthésie et le sauvetage.

Puis Christian Gross entra dans sa vie. Et l'aventure a commencé.

Du hobby a une entreprise

C'est en juin 2010 que le couple, tous deux dans la cinquantaine, se rendit pour la première fois au Botswana. Ils recherchaient un endroit où la vie est belle et stimulante. Un endroit où rester. Ils sont tout de suite tombés amoureux du Botswana: ils apprécient le faible degré de corruption, l'honnêteté des gens, la faune et la flore dans le nord du pays. Au cours de leur premier séjour, Kruck et Gross achètent un terrain à Maun qu'ils souhaitaient développer et louer. Ils investissent dans l'immobilier pour assurer leurs arrières afin de se consacrer à leur hobby. Un hobby qui ne restera pas un hobby pour longtemps.

En novembre 2015, Christian Gross et Misha Kruck dînent sur leur véranda, derrière leur maison, devant leur jardin, leur ranch, un paysage de livres d'images. Des palmiers et une piscine au premier plan, puis une clôture pour éloigner les animaux sauvages, et derrière: la rivière Thamalakane, pauvre en eau depuis des mois. Ici, à quelques kilomètres de Maun, les deux expatriés ont créé leur propre petit paradis. La propriété est le meilleur exemple de la vitesse à laquelle Gross et Kruck ont changé leur environnement. A partir de rien, ils ont construit un ranch. A partir de rien, ils ont construit un centre médical avec un restaurant adjacent à Maun. Et: A partir de rien, ils sont en train de révolutionner les services d'urgence du Botswana.

De l'idée de mettre en place un petit sauvetage aérien pour le delta de l'Okavango, ils ont créé en trois ans une entreprise qui emploie 15 personnes. C'est bien sûr un grand défi que de créer une telle organisation dans un pays étranger, explique le Suisse. Y avait-il des doutes? Il secoue la tête. «Si tu as des doutes, mieux ne vaut pas commencer». C'est une expression typique pour lui, ce travailleur infatigable, amical dans ses relations mais intransigeant dans ses points de vue. Jeune marin, Gross s'est installés aux Emirats Arabes Unis, a découvert le désert et sa vie animale diversifiée. Il a mis sur pied une station d'élevage pour les animaux en voie de disparition, un centre wildlife et un aquarium marin. Son entreprise est toujours active dans les Emirats et rapporte toujours beaucoup d'argent. Cependant, Gross se concentre depuis longtemps sur son nouveau bébé.

Donnateurs botswaniens

Deux urgentistes, trois ambulanciers paramédicaux et deux infirmières font maintenant partie du personnel médical de Air Rescue. Plus encore des employés pour l'administration et l'entretien ainsi que le salaire d'un pilote fourni par une entreprise partenaire. Les deux fondateurs ne se versent pas encore de salaire, mais ils n'injectent plus d'argent. «Depuis janvier dernier, l'entreprise est autosuffisante, et en 2015, pour la première fois, elle réalise un petit bénéfice», explique Christian Gross. Au bout de trois ans, pour lui les choses sont claires: «le système de la Rega fonctionne au Botswana – moyennant certains adaptations».

Par exemple, l'Okavango Air Rescue utilise le modèle de donations qui garantit à la Rega un revenu régulier. «Mais nous sommes encore trop petits pour pouvoir compter uniquement sur lui», déclare Christian Gross. L'entreprise compte environ 10’000 donateurs, dont une grande partie sont des touristes étrangers qui se sont inscrits par l'intermédiaire de leur agence de voyages. Ces revenus n'étant pas suffisants pour faire fonctionner l'hélicoptère, le sauvetage aérien est initialement cofinancé par des cours de premiers secours et la couverture des soins de santé dans les camps de safari. Cela nous amène au deuxième point, qui distingue le financement de la copie de l'original: Okavango Air Rescue a pour but de réaliser des bénéfices, contrairement à la Rega, elle n'est pas organisée comme une fondation, mais comme une entreprise à but lucratif. Gross ne croit pas qu'une fondation au Botswana pourrait survivre longtemps: «Aucun de nous deux ne rajeunit. Si nous faisons un profit, il y a plus de chances que quelqu'un puisse reprendre la relève après notre départ».

La Suisse d'Afrique

Mais tout ne se passe pas toujours bien à Maun. Les retards de paiement font partie du quotidien et la patience est de mise dans les rapports avec les autorités. Mais ce qui était particulièrement gênant pour eux deux, c'était la réticence initiale des clients potentiels et la recherche de personnel médical. Le fait qu'il serait si difficile de trouver des spécialistes bien formés les a surpris, dit Christian Gross. «Beaucoup moins de médecins sont formés qu'en Suisse. Et ceux qui sont formés sont plus susceptibles de travailler dans les hôpitaux. En outre, de nombreuses grandes entreprises de safari ont d'abord réagi avec scepticisme à la nouvelle offre et ont attendu de voir comment la compagnie allait se développer. «La première année a été de toute évidence la plus difficile pour nous», dit Gross. «Mais cela n'aurait pas été différent en Suisse. La Rega aussi a eu des difficultés de démarrage».

Quoi qu'il en soit, il y avait plus de similitudes entre les deux pays qu'on imaginait, du moins du point de vue commercial. Les deux pays sont des démocraties stables avec une population petite et prospère selon les normes régionales. Tous deux attirent un grand nombre de touristes et de travailleurs étrangers. Et: les deux ont des zones difficiles d'accès où les visiteurs sont exposés à des risques accrus.

De grandes ambitions

L'Okavango Air Rescue pour le Botswana va-t-il donc devenir ce qu'est la Rega pour la Suisse? «C'est notre grand objectif», dit Christian Gross. Aujourd'hui déjà, les gens le saluent quand l’hélicoptère rouge vole au-dessus de leur tête. «On est fier du sauvetage. Mais notre potentiel est loin d'être épuisé. Une adhésion coûte 150 pula par an, soit environ 15 francs ou une canette de bière par mois. La majorité de la population pourrait se le permettre, mais pour se développer, Air Rescue devrait couvrir l'ensemble du pays, tout comme le modèle suisse. «Le problème, c'est que pour agrandir la zone d'opération, il faut des hélicoptères supplémentaires».

Des hélicoptères supplémentaires ne sont utiles que si la clientèle est répartie dans tout le pays. C'est ce cercle vicieux que Christian Gross veut briser en 2016.

Il a déjà conclu un accord avec la poste du Botswana pour promouvoir le sauvetage aérien à l'échelle nationale. Deux hélicoptères supplémentaires seront stationnés à Francistown et à Gaborone cette année. Et pour faciliter les transferts entre les villes et les pays étrangers proches, Gross a acheté un avion à hélice Pilatus P-12 – une qualité suisse à un prix d'occasion. «Nous avons un modèle de réussite en Suisse et nous savons maintenant comment l'utiliser au Botswana», déclare Christian Gross. Ils sont confrontés à un choix: «Allons-nous rester à Maun, continuer nos vols et prendre notre retraite ? Ou construisons-nous la meilleure évacuation médicale d'Afrique?».

Si ce n’était pas Gross qui posait cette question, on attendrait une réponse. Mais l'éclat de ses yeux suffit quand il parle du nouveau Pilate, des vols à l'étranger, des grands projets. La réponse se trouve donc dans le montant qu'il vient d'investir dans l'avion: 1,4 million de dollars pour l'avenir.

Texte : Christian Zeier